Accéder au contenu principal

10 QUESTIONS A FABRICE MAKOS

Bonjour à tous ! 

Il s'est prêté au jeu avec honnêteté, apprêtez-vous à tout savoir de Fabrice. Même sa femme, ses enfants et ses élèves vont en apprendre ... bon ok, j’exagère peut-être, mais pour en être certain, je vous invite à lire et découvrir les réponses de Fabrice Makos aux "10 questions" de Planète Karaté.




 1. Comment es-tu arrivé au karaté ?

Je suis arrivé au karaté à l’âge de 9 ans. J’étais un enfant qu’on qualifiait de mou et peu affirmé. Mon père voulut que je fasse du judo : du coup, pour m’opposer, mais pas trop, j’ai choisi le karaté. Je savais qu’il y avait des frappes et ça me semblait plus fun que le judo.



2. Qu'est-ce qui anime ta passion pour le karaté ?

Les moteurs changent avec les années, il y en a sans cesse de nouveaux. Il y a eu et il y a entre autres : l’envie de voir la couleur de sa ceinture changer et évoluer, faire de la compétition en individuelle et en équipe, passer du temps avec des amis, apprendre, enseigner, expérimenter, chercher, partager… C’est tellement riche que c’est impossible de tout nommer. Mais actuellement, c’est le partage et la recherche qui m’animent le plus.



3. Quelles sont tes meilleures anecdotes/souvenirs de pratiquant ?

Vu le temps passé sur les tatamis, j’en ai beaucoup, mais parmi les meilleurs il y avait les stages d’été à Biarritz. Des fabuleux moments : des entraînements sur la plage, des moments de rigolades avec les copains, c’était magique ! (Et on avait 20 ans).

L’autre magnifique moment fut le jour ou mon Sensei m’a demandé de donner des cours dans son dojo. Je devais avoir 22 ou 23 ans, j’étais aux anges ! 



4. Quelle est ta pire expérience de karatéka ?

J’ai eu de moments difficiles, des entraînements très durs, des échecs, mais rien de rédhibitoire ou de traumatisant. Mes échecs et mes réussites participent à ce que je suis aujourd’hui… Alors, non, rien d’horrible, rien d’insurmontable…



5. Qui t'a le plus inspiré et pourquoi ?

Il n’y a pas une personne qui m’a inspiré, mais de nombreuses : il y eut mon premier entraîneur, puis des Senseï que j’ai rencontrés au cours de ma vie. Il y eut mon Sensei, que j’ai suivi et qui m’a le plus formé et marqué. Il y a des gens de ma génération qui sont devenus des amis et que je considère comme faisant partie de ma famille. Et il y eut des gens qui ne font pas partie du monde du karaté et qui ont une force et une puissance de vie ou une volonté qui montre que rien n’est impossible : Nelson Mandela, mère Thérésa, Léon Bressan (le président de mon premier club qui s’est occupé de nous presque jusqu’à sa mort)… Il y a des modèles héroïques et des modèles héroïques du quotidien.



6. Qu'aimerais-tu dire au pratiquant du passé ?

Domo Arigato… Car nous sommes assis sur les épaules de géants. Ce sont des générations de pratiquants, d’experts et de chercheurs qui ont constitué le corpus technique dont nous nous servons chaque jour… Alors merci.



7. Qu'aimerais-tu dire au pratiquant du futur ?

N’arrêtez jamais de passer la flamme ! La technique, le savoir et l’envie, la passion, c’est un passage de témoin sans fin, une chaîne que chacun peut entretenir.



8. Quel est l’exercice que tu souhaiterais voir dans tous les dojos et son opposé ?

Je n’ai pas ce souhait, ni dans un sens ni dans l’autre. Il y a suffisamment de pluralité pour que chacun puisse enseigner et proposer ce qui lui plait, ce qui lui semble pertinent. J’ai simplement l’envie de voir de l’honnêteté intellectuelle dans ce qui est proposé et ne pas faire passer des vessies pour des lanternes.



9. Quelles sont tes autres passions et/ou hobbys en dehors du karaté ?

En dehors du karaté, je pratique et enseigne le Krav Maga. C’est une discipline qui remet les pieds sur terre. J’ai aussi un côté un peu fan de Tech. J’aime bien faire des montages vidéo (souvent en lien avec les arts martiaux).

Mais plus important que tout, j’ai ma famille… c’est là mon véritable point d’ancrage et ma véritable raison d’être et quand je déconne, ils se chargent vite de remettre les pendules à l’heure.



10. Quelle question aurais-tu aimé que je te pose et quelle est ta réponse ?

Sincèrement, je n’ai pas de souhaits particuliers à propos d’une question et de sa réponse. J’ai plutôt envie de dire, laissons faire le temps, laissons faire l’instant et merci pour ton initiative.


Merci beaucoup, Fabrice, d'avoir joué le jeu avec tant de sincérité. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite vivement à vous abonner à sa chaîne YouTube KAMA où il nous parle de ... vous devinez ?😉



C'est un vrai plaisir de pouvoir échanger ainsi avec d'autres pratiquants, merci encore.

Et vous, quelles sont vos réponses à ces "10 QUESTIONS" ?
N'hésitez pas à m'adresser vos réponses par mail et je les publierai avec plaisir.

Mais surtout n'oubliez pas d'aiguiser vos shuto au dojo ! 

C'est les vacances ou tu es encore confiné ? C'est pas une excuse ! Sors ton iPhone, mais pas pour scroller, pour t'entraîner grâce à PocketSensei conçu par Fabrice Makos lui-même !



Kenavo.


Commentaires

  1. C'est donc le 1e à se soumettre à l'exercice, si j'ai bien compris... Un excellent premier choix ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, le premier d'une longue série je l'espère 🥋 d'ailleurs n'hésitez pas à à me faire parvenir vos réponses également 😉

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Ici vos avis et expériences comptent, merci de nous les partager, mais avec respect.

Posts les plus consultés de ce blog

LES 3 K POUR UNE PRATIQUE ÉQUILIBRÉE

Bonjour à tous et merci de suivre Planète Karate. Pour mon tout premier article, j'aimerais vous parler des trois éléments de base à travailler pour un karaté équilibré : Kihon (techniques de base),  Kata (enchaînement codifié), Kumite (combat, sparring).  Ces trois fondements clés sont également appelés "3 K". De nombreux experts en karaté disent : "Le kumite est l'esprit du karaté et le kata en est l'âme, mais sans votre Kihon ni l'un ni l'autre ne peut exister." Ainsi, je recommande de ne négliger aucun de ces exercices lors de vos entraînements. 1.Kihon (基本) Kihon signifie littéralement « base » et nom est plus qu’explicite. Au karaté, les kihon sont des techniques de défense, d’attaque et de déplacements que l’on répète seul. Le senseï montre un mouvement précis et le fait répéter. Ces techniques sont des attaques aussi bien que des blocages avec contre-attaques. Ils sont composés d’une seule technique ou d’un enchaînement. C’est l’occasion,

LES 4 ESPRITS FONDAMENTAUX DU KARATE !

LES 4 ESPRITS FONDAMENTAUX DU KARATE ! En karaté, tout commence dans l'esprit. Si votre état d'esprit est troublé, vous passez généralement un mauvais moment. Le karaté ne fait pas exception. L'art du karaté implique de nombreux états d'esprit. Aujourd'hui, je voudrais en partager 4 primordiaux avec vous: Shoshin, Mushin, Fudoshin et Zanshin. # 1: Shoshin (l'esprit du débutant) Quand on visite un nouveau dojo, nous devrions mettre une ceinture blanche. Pourquoi ? Pour exprimer Shoshin. Shoshin est le japonais pour  "l'esprit des débutants". C'est l'attitude d'ouverture d'esprit d'être prêt à apprendre; sans idées préconçues, jugement ou parti pris. Shoshin est essentiel pour le karaté, car votre esprit est comme un parachute - cela ne fonctionne pas s'il est fermé. La partie difficile est de maintenir Shoshin à mesure que vous progressez dans votre pratique. Certaines personnes pensent qu'elles «savent tout» lorsqu'e