Accéder au contenu principal

10 QUESTIONS A LIONEL FROIDURE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui j'ai la chance de pouvoir poser mes "10 questions" à Lionel Froidure.

Oui Lionel de www.lionelfroidure.com et si vous suivez bien cet interviews, vous découvrirez quelques surprises sur mon invité du jour, ainsi qu'une infos spéciale en fin d'article.

1 Comment es-tu arrivé au Karaté ?

Je suis arrivé sur un tatami avant même mes premiers pas, j’étais dans le ventre de ma maman qui s’entraînait. Mes parents sont tous deux enseignants. Comme Obélix je suis tombé dedans très jeune. 


2 Qu'est-ce qui anime ta passion pour le Karaté ?

C’est une question qui change avec le temps. Au début, enfant, c’était par imitation, je faisais comme papa et maman. Puis c’était l’attrait de la compétition et pour prouver au monde que l’on existe en remportant des médailles. Puis de partager ces petits savoir-faire avec les autres (début de l’enseignement). Le karaté, les arts martiaux, m’ont donné la vie que j’ai aujourd’hui. Je ne sais pas ce que serait ma vie sans eux. Un sport, un art, un réseau social, un moyen de prendre du plaisir et d’en donner. Le tout entouré de valeurs que j’essaye de respecter. Car les mots sont simples à lire, à dire. Le plus compliqué étant de garder cette droiture sur et hors tatami. 


3 Quelles sont tes meilleures anecdotes/souvenirs de pratiquant ?

La meilleure, pour être franc, je n’en ai pas. J’ai beaucoup d’anecdotes qui me tiennent à cœur. En voici une : j’ai toujours eu une attirance pour les sports de glisse et notamment le surf. Mais Toulouse est bien loin des vagues. Je n’ai jamais eu la possibilité de progresser comme je l’aurai aimé. J’ai fait du skate et du snowboard un peu plus poussé. Pourquoi parler de glisse ? Tout simplement quant à un moment de ma vie de préadolescent, j’avais dans ma chambre à droite sur le mur des photos de karaté et à gauche de surf. J’étais entre deux mondes. J’ai fait le choix de me consacrer au tatami et de garder la glisse comme un plaisir ponctuel. Plus de 30 ans après, je reprends ma planche de skate pour partager cette passion de glisse avec mon fils. Ce qu’il faut retenir de cette anecdote c’est partage, passion et choix. Que ce soit dans le karaté, Arnis Kali ou skate, je partage ma passion par choix et j’en prends beaucoup de plaisir. 


4 Quelle est ta pire expérience de karatéka ?

Des entraînements très durs, mais je pense que le pire est quand je me suis senti perdu dans ma pratique. Je ne voyais pas où je voulais aller, ou le karaté m’amènerait, j’ai continué par habitude et j’ai pratiqué beaucoup à côté d’autres arts martiaux. Ce qui, au final, aurait pu être ma pire erreur fut une véritable révélation martiale qui a enrichi ma pratique. Un jour le pire, le lendemain, une leçon. 


5 Qui t'a le plus inspiré et pourquoi ?

Il y a beaucoup de personnes qui m’ont inspiré et qui continuent à m’inspirer. Pour faire suite à mon anecdote, durant cette période de ma pratique du karaté très hachurée, je faisais beaucoup de Nihon Tai Jitsu ou je trouvais des techniques comme les kansetsu waza, nage waza et shimeru waza que je ne voyais pas dans l’enseignement du karaté que j’avais reçu. Lors d’un stage à l'INSEP, j’ai retrouvé mon ancien entraîneur d’équipe de France : Bernard Bilicki. Et il proposait une vision très Jutsu du karaté. Ce fut une révélation pour ma pratique et qui m’a permis de faire un lien entre ma pratique du karaté et du Nihon Tai. 



6 Qu'aimerais-tu dire au pratiquant du passé ?

Gratitude. Sans leur effort de transmission, propagation, partage, je ne serai pas sur un tatami. 


7 Qu'aimerais-tu dire au pratiquant du futur ?

Entraînez-vous. Savoir et savoir-faire sont deux choses bien distinctes. Et surtout, faites-le avec plaisir. Et pour les enseignants, essayez de donner sans compter votre passion. 


8 Quel est l’exercice que tu souhaiterais voir dans tous les dojos et son opposé ?

Chaque dojo est unique. Chaque sensei va enseigner avec sa touche personnelle, sa personnalité. Essayer de tous avoir un élément en commun serait pour moi : « entraide et prospérité martiale », la célèbre maxime de Jigoro Kano sensei. 


9 Quelles sont tes autres passions et/ou hobbys en dehors du karaté ?

Comme quoi, je réponds bien au fur et à mesure aux questions sans connaître les autres 😂. J’aime les sports de glisse, notamment, le surf, le skate et le snowboard. Et j’apprécie particulièrement les ouvrages historiques sur les arts martiaux (oui je suis un vrai geek), mais aussi de développement personnel. 


10 Quelle question aurais-tu aimé que je te pose et quelle est ta réponse ?

Où aimerais-tu aller pour ton prochain voyage "en terre martiale" ?

Simple, j’attends cela avec impatience : retourner une nouvelle fois à Okinawa m’entraîner avec les derniers géants du karaté contemporains avant que le cosmos ne les rappelle.




Merci beaucoup, Lionel, de t'être prêté à l’exercice des "10 questions" pour Planète Karaté. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'actualité de Lionel Froidure, je vous donne rendez-vous sur www.lionelfroidure.com , mais voici déjà une info qui devrait en ravir plus d'un(e) :

Lionel aura le plaisir de vous retrouver en Espagne pour son stage d’été de karaté du 4 au 8 juillet 2022 sur la Costa Brava à Sant Feliu de Guíxols !

Voici le lien pour obtenir plus d'infos et vous inscrire : https://www.lionelfroidure.com/stage-ete-karate-avec-lionel-froidure-espagne-juillet-2022/


Nous sommes déjà à la fin de cet interview, n'oubliez pas ce que Lionel à écrit : "Entraînez-vous. Savoir et savoir-faire sont deux choses bien distinctes."

Alors foncez au dojo en attendant que je vous propose de nouveaux articles originaux. Si vous en rentrez, je vous propose de continuer votre lecture avec les autres interviews "10 QUESTIONS".

KENAVO

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

10 QUESTIONS A FABRICE MAKOS

Bonjour à tous !  Il s'est prêté au jeu avec honnêteté, apprêtez-vous à tout savoir de Fabrice. Même sa femme, ses enfants et ses élèves vont en apprendre ... bon ok, j’exagère peut-être, mais pour en être certain, je vous invite à lire et découvrir les réponses de Fabrice Makos aux "10 questions" de Planète Karaté.  1. Comment es-tu arrivé au karaté ? Je suis arrivé au karaté à l’âge de 9 ans. J’étais un enfant qu’on qualifiait de mou et peu affirmé. Mon père voulut que je fasse du judo : du coup, pour m’opposer, mais pas trop, j’ai choisi le karaté. Je savais qu’il y avait des frappes et ça me semblait plus fun que le judo. 2. Qu'est-ce qui anime ta passion pour le karaté ? Les moteurs changent avec les années, il y en a sans cesse de nouveaux. Il y a eu et il y a entre autres : l’envie de voir la couleur de sa ceinture changer et évoluer, faire de la compétition en individuelle et en équipe, passer du temps avec des amis, apprendre, enseigner, expérimenter, cherc

LES 3 K POUR UNE PRATIQUE ÉQUILIBRÉE

Bonjour à tous et merci de suivre Planète Karate. Pour mon tout premier article, j'aimerais vous parler des trois éléments de base à travailler pour un karaté équilibré : Kihon (techniques de base),  Kata (enchaînement codifié), Kumite (combat, sparring).  Ces trois fondements clés sont également appelés "3 K". De nombreux experts en karaté disent : "Le kumite est l'esprit du karaté et le kata en est l'âme, mais sans votre Kihon ni l'un ni l'autre ne peut exister." Ainsi, je recommande de ne négliger aucun de ces exercices lors de vos entraînements. 1.Kihon (基本) Kihon signifie littéralement « base » et nom est plus qu’explicite. Au karaté, les kihon sont des techniques de défense, d’attaque et de déplacements que l’on répète seul. Le senseï montre un mouvement précis et le fait répéter. Ces techniques sont des attaques aussi bien que des blocages avec contre-attaques. Ils sont composés d’une seule technique ou d’un enchaînement. C’est l’occasion,

LES 4 ESPRITS FONDAMENTAUX DU KARATE !

LES 4 ESPRITS FONDAMENTAUX DU KARATE ! En karaté, tout commence dans l'esprit. Si votre état d'esprit est troublé, vous passez généralement un mauvais moment. Le karaté ne fait pas exception. L'art du karaté implique de nombreux états d'esprit. Aujourd'hui, je voudrais en partager 4 primordiaux avec vous: Shoshin, Mushin, Fudoshin et Zanshin. # 1: Shoshin (l'esprit du débutant) Quand on visite un nouveau dojo, nous devrions mettre une ceinture blanche. Pourquoi ? Pour exprimer Shoshin. Shoshin est le japonais pour  "l'esprit des débutants". C'est l'attitude d'ouverture d'esprit d'être prêt à apprendre; sans idées préconçues, jugement ou parti pris. Shoshin est essentiel pour le karaté, car votre esprit est comme un parachute - cela ne fonctionne pas s'il est fermé. La partie difficile est de maintenir Shoshin à mesure que vous progressez dans votre pratique. Certaines personnes pensent qu'elles «savent tout» lorsqu'e